Gemini

19 mars 2017

Un thriller à Hollywood ? Formule connue mais toujours intriguante : placez-y une star et ses caprices, une assistante (un peu trop) innocente, une cohorte de policiers à ses trousses et une ribambelle de coupables potentiels… GEMINI tente de s’inscrire dans la lignée de films bien plus mythiques, mais se saborde tout seul pour n’offrir qu’un maigre spectacle.

Dans GEMINI, Zoé Kravitz est la star qui est retrouvée sur le sol de sa villa, abattue de 5 balles. Suicide peu plausible. Son assistante devient rapidement la première suspecte, et nous la suivons tentant de résoudre l’enquête. Une suite de scènes plus ou moins crédibles la voit remuer l’univers de son ancienne patronne pour tenter d’y trouver le coupable, que le spectateur a déjà en tête depuis le départ.

Car le film sème un peu trop ouvertement une série de clins d’oeils pour faire ami-ami avec le spectateur, pensant « teaser » l’intrigue mais ne faisant que la dévoiler clairement. Aucune surprise, et aucune volonté de surprendre ici : c’est assez gênant pour un film qui veut jouer sur son suspense. Maladroitement ficelé, GEMINI semble se tromper d’intentions et se révèle rapidement ennuyant.


19 mars 2017

NEXT | show must go on