Borg/McEnroe

🕘 1 novembre 2017

Le sport est un terreau inépuisable d’histoires à développer pour le grand écran. Les RUSH et autres ALI (pour les récents) ne s’y sont pas trompés, tout comme BORG/MCENROE qui laisse peu de doutes quand au sujet : ici on parle bien de la rencontre au sommet entre deux légendes du tennis, lors du tournoi de Wimbledon en 1980.

C’est le réalisateur d’ARMADILLO (2010) qui profite de l’occasion pour réunir un suédois et l’américain Shia LaBeouf, décidément surprenant d’intensité rôle après rôle malgré ses expérimentations artistiques étranges hors écran. LaBeouf se colle dans la peau d’un McEnroe énervé et caractériel, mais doué, face à un Borg connu pour son calme naturel sur les courts, et roi du sport de l’époque. Plongeant dans l’époque, le biopic se concentre sur un seul tournoi, où les deux carrières se croisent.

Si le film parvient à retranscrire l’histoire et la tension entre les deux monstres du sport, il trouve rapidement ses limites dans la logique de sa propre histoire. La dernière partie, bien que parfaitement maîtrisée à l’image et au découpage, se révèle passionnante dans son déroulé mais pas dans son final. BORG/MCENROE est une histoire de croisée des chemins, sur une pelouse londonienne, où finalement les faits sont plus intéressants que la conclusion. Le film qui en découle, minutieux en tous points, rate sa conclusion, moins intense que le milieu de match.

3.5 / 5

Borg/McEnroe - le film
🕘 1 novembre 2017