Mon premier festival - Jour 3

Mon premier festival – Jour 3

🕘 17 mai 2013

Hier soir, je ne vous ai pas raconté la cérémonie d’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs pour Le Congrès d’Ari Folman, un énorme coup de cœur au passage. J’ai assisté à la remise du Carrosse d’or qui récompense un réalisateur, et là c’est une réalisatrice Jane Campion, seule femme récompensée d’une Palme d’or. Elle y tient un discours très sensible. Puis le président de cette sélection nous présente l’équipe du film : Ari Folman, Robin Wright… Le premier prend la parole et remercie ses équipes et exprime son honneur d’être à cette place si prestigieuse. Chacun retourne à sa place : le film commence.

quinzaine_2013_poster_webpreview

Puis le film se termine et là on ressent l’engouement vécu par toute la salle. Les applaudissements fusent, le réalisateur a les larmes aux yeux. Je ressors de cette projection avec des étoiles plein la tête et donc me perds en chemin. Ah l’amour du cinéma…

Le réveil sonne à 6h45. Impossible de me lever à ce moment-là pour attaquer ma journée de films et d’attente (surtout). 8h30, second réveil. Je suis plus fraîche et m’en vais récupérer mon invitation pour Le Passé. Un grand merci à Memento Films au passage. Avant la découverte du Grant Théâtre, je me dirige vers la salle du soixantième, également inconnue, pour le rattrapage de Jeune & Jolie de François Ozon que j’adore. Le soleil est sorti et l’on peut même s’asseoir dans cette file, le bonheur !

14h, je me rends vers le Grand Théâtre. Même avec les invitations, la queue commence et de nombreux festivaliers nous accostent et nous demandent si nous n’avons pas une invitation supplémentaire. Certains en récupèrent facilement. Cannes rend les gens généreux.

J’entre enfin dans le Grand Théâtre, c’est immense et l’on est placé. Pour ma part, à l’orchestre et au milieu. Après le film et en sortant des toilettes, je suis nez à épaule avec Steven Spielberg. Pas le temps de sortir l’appareil qu’il était déjà loin. Mais le voir à 50 cm de moi, ça m’a fait quelque chose. Cannes et ses rencontres (oui on va appeler ça une rencontre, j’ai failli lui foncer dedans) improbables.


🕘 17 mai 2013